Mort du Lieutenant Gaymard Campneuseville 1927

Excelsior  17 juillet 1927

 

UN LIEUTENANT TUÉ EN SEINE-INFÉRIEURE

Une escadrille de trois appareils du 22ème Régiment d’Aviation, partie de Chartres pour Saint-Inglevert, fut forcée hier soir, par suite du brouillard, d’atterrir à Foucarmont el près de Campneuseville, en Seine-Inférieure.

Vers 19 heures, l’un des avions, qui avait atterri dans un champ près de Campneuseville, décida de repartir. L’envol se fit sans difficulté, mais, les conditions atmosphériques étant par trop défavorables, le pilote chercha à nouveau un terrain d’atterrissage. Il vit un vaste champ à proximité au hameau de la Grange et décida de s’y poser.

Malheureusement, au moment où il touchait terre, l’appareil tomba dans un fossé et capota. Quatre hommes de l’équipage se dégagèrent indemnes des débris du bimoteur. Le pilote, le lieutenant Gaymard, gisait sous la carlingue effondrée. Ses camarades s’empressèrent de lui porter secours. Le blessé fut transporté à la mairie, mais son état s’aggrava, et le malheureux pilote ne tarda pas à succomber.

Le commandant Berthelon, chef de l’escadrille, qui se trouvait à bord de l’avion qui avait atterri à Foucarmont, arriva bientôt sur les lieux dans une automobile mise à sa disposition par M. Desjonquère, maire de Foucarmont. Avec l’aide du commandant Le Gond et du capitaine Monnier, qui faisaient partie de l’escadrille, il prit immédiatement toutes les dispositions nécessaires pour la garde de l’appareil détruit.

Le corps du malheureux pilote Gaymard fut veillé toute la nuit par ses camarades du centre d’aviation de Saint-Cyr et de Chartres.

Le Petit Parisien, 15 juillet 1927

Acte de décès de Jacques GAYMARD  (Campseuneville 76)

 

Jacques GAYMARD

Né le 10 mai 1902 – Versailles, Yvelines, France
• Décédé le 13 juillet 1927 – Campneuseville, Seine Maritime, France, à l’âge de 25 ans

Parents

Henri Ludovic Joseph Gaymard 1872-1963
• Madeleine Georgette Jeanne Marie Eude 1879-1960

Frères et sœurs

Ludovic Gaymard 1901-1981
 Jean Gaymard 1904-1999
Hélène Gaymard 1906-
 Elisabeth Gaymard 1909-1998
Pierre Gaymard 1912-2005

Acte de naissance Gaymard jacques

 

ÉTUDES
ÉCOLE POLYTECHNIQUE en 1922 – Rang d’admission : 110

Journal officiel du 15 septembre 1922

Attribution d’une bourse : « Bourse entière sans trousseau », ce qui signifie que la
situation matérielle des parents n’était pas exceptionnelle.

Journal officiel du 10 avril 1923

 

AÉRONAUTIQUE (nota : l’ARMÉE de l’AIR n’est créée qu’en 1933)
Au bout de deux ans d’études, et ayant satisfait à l’examen de sortie de Polytechnique,
jacques GAYMARD choisit la carrière militaire (comme son père) et plus précisément
« l’Aéronautique » (puisque « l’Armée de l’Air » ne sera créé qu’en 1933 et qu’il ne la
connaîtra pas).
Il est automatiquement nommé sous-lieutenant et affecté pour de simples raisons
administratives au 34ème RAM (Régiment d’Aviation Mixte) du Bourget qui comprend alors
11 escadrilles ayant diverses vocations : reconnaissance, chasse, bombardement avec des
appareils de type divers : Breguet 14 puis 19, Potez 25, Nieuport Delage nid29 puis 62…etc…)

Mais en fait le jeune sous-lieutenant Jacques GAYMARD va être 18 mois en formation avant
de recevoir une affectation opérationnelle :
– 12 mois au Centre de Formation de l’Aéronautique de Versailles (10/1924 –
09/1925) pour la formation militaire générale et spécifique (Aéronautique)
– 6 mois au Centre de Formation d’Istres pour les cours de pilotage afin d’obtenir
son Brevet (10/1925 – 03/1926).

INFORMATION de M. LUCIEN MORAREAU concernant le brevet militaire
GAYMARD Jacques, X 1902, né le 10/05/1902 à 78000 VERSAILLES, MSAC le
13/07/1927 à 76340 CAMPNEUSEVILLE
S/Lt, breveté n° 20948 le 03/03/1926 à Istres, DGC : Lt
Nota FXB : DGC = Denier Grade Connu.

Journal officiel du 27 septembre 1926

 

Le s/lt Jacques GAYMARD aux commandes d’un Nieuport-Delage NiD 29
Sans- doute au Centre de Formation d’Istres au printemps 1926

seule photo de Jacques GAYMARD que sa famille a pu
nous communiquer

 

Pour savoir quelle a été l’activité du s/lt Jacques GAYMARD après l’obtention de son brevet,
d’avril à septembre 1926, il faudrait consulter son dossier militaire… mais il ne semble pas
être aux archives de l’Armée de l’Air de Vincennes, voir dans l’Armée de Terre vu qu’il est
décédé avant 1928.
En tout cas il est au 22ème RABN de CHARTRES en septembre 1926 quand il est nommé
Lieutenant d’active ; peut-être après avoir passé quelque temps au 34ème du Bourget où il
avait été affecté à sa sortie de Polytechnique et dont il dépendait (administrativement ?) et
bénéficié aussi d’une longue permission…
On peut lire dans un article relatant son accident mortel : « … son corps fut veillé toute la
nuit par des camarades des Centre d’Aviation de Saint-Cyr et de Chartres… ». Reste
à connaître le moment où Jacques GAYMARD a eu à faire avec ceux de Saint-Cyr : sans
doute pendant son année de formation à Versailles…

 

On retrouve également sa trace quelques jours plus tard dans l’état nominatif « des officiers
figurant en tête des listes de départ et susceptibles d’être envoyés sur un théâtre
d’opérations extérieurs dans un délai de trois mois »

Journal officiel du 1er octobre 1926

Il n’a donc finalement pas été muté à l’étranger puisque le 13 juillet 1927 il est victime d’un
accident mortel à bord d’un Farman F-63 de la 6ème escadrille du 22ème RABN à
Campneuseville, en Seine-Inférieur (40 km à l’est de Dieppe).

 

Un Farman Goliath F.63 Bn4 de la 6ème Escadrille du 22ème RABN de Chartres
Identique à celui sur lequel Jacques GAYMARD a trouvé la mort « collection Bonora »

Bn4 signifie : 4 membres d’équipage
La 6ème escadrille appartient au Groupe II/22, c’est-à-dire qu’elle est la troisième escadrille
du 2ème Groupe du 22ème RABN de Chartres (Régiment d’Aviation de Bombardement de
Nuit) dont l’insigne est un « Gypaète ». La 6ème escadrille suit les « traditions » de l’escadrille
CAP 115 de la guerre de 14 et la lettre d’identification de ses avions est un « C » (troisième
escadrille) suivi d’un numéro en chiffre romain. Ici le VI, le VII ou le VIII, mais on ne connaît
pas actuellement celui que portait l’appareil accidenté.

 

Les autorités militaires prirent immédiatement des mesures pour que Jacques GAYMARD
reçoive la légion d’honneur et une belle citation.

Les documents  sont consultables dans la base Léonore de la Légion d’Honneur

Journal officiel du 22 septembre 1927

 

La France militaire, 20 juillet 1927

 

Remerciement

Je remercie tous particulièrement Mr  François-Xavier BIBERT pour son aide précieuse,ces grâce a lui que cette article et aussi complet ! retrouvé sont site ICI

Merci a Philippe GAYMARD qui a transmit la photo de son grand oncle Gaymard jacques

Merci a la marie de Campneuseville

 

Share Button

2 reflexions sur “Mort du Lieutenant Gaymard Campneuseville 1927

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.