Le soldat Thorel héros de la grande guerre « Les Grandes Ventes »

Thorel Anatole

l’illustration le tableau d’honneur de la guerre

 

 

Né le 3 avril 1891 (vendredi) – Paris, 75010, Paris, Île-de-France, FRANCE
Marié le 8 octobre 1921 (samedi), Les Grandes-Ventes, 76321, Seine-Maritime, Normandie, France, avec Marie Amélie Hélène Cauchois 1899-1992
Décédé le 10 juillet 1935 (mercredi) – Les Grandes-Ventes, 76321, Seine-Maritime, Normandie, France, à l’âge de 44 ans
Garde particulier

 

Registre état civil Paris 10emme

 

L’ACTE D’UN HEROS

Un jeune héros, le soldat Thorel, originaire de la Seine-Inférieure, vient d’arriver au Mans, blessé. Il a été évacué sur un hôpital temporaire. En gare du Mans, à sa descente du train, dans la grande salle des premières aménagée en hôpital par les dames de la Croix-Rouge,- le général Faurie, commandant la 4e région, entouré d’officiers, a félicité chaudement le fantassin Thorel, sur la poitrine du quel le général Joffre a récemment épinglé la médaille militaire. Très simplement, Thorel a fait le récit suivant de son exploit.

C’était à Elverdinghe, à huit kilomètres d’Ypres Le 153e avait reçu l’ordre de reprendre le terrain perdu par les Français les jours précédents. Une première attaque réussit. Une seconde était commencée quand on constata que la difficulté du terrain rendrait la chose moins périlleuse la nuit. Thorel était au premier rang. Emporté par son ardeur, il n’entendit pas l’ordre de se retirer et continua d’aller de l’avant, croyant être suivi par ses camarades. Le petit fantassin arriva ainsi au pied d’une tranchée inhabitée et dans laquelle il se glissa sans être remarqué. Il se re tourna et, à sa grande surprise, constata qu’il était seul. Reculer n’était pas possible. Thorel s’orienta et distingua les Allemands à 25 mètres de là, dans la tranchée suivante. Ils allaient et venaient. Le fantassin se fit rapidement un abri pour tirer et, son fusil étant posé sur un créneau improvisé, il visa. Un Allemand tomba, puis deux, puis trois. Une violente fusillade répondit. Thorel ne fut pas atteint. il continua. Déjà, il avait brûlé les trois quarts de ses 220 cartouches quand les Allemands, trompés par son activité et croyant la tranchée fortement occupée, s’enfuirent dans la suivante. Quelques-uns des leurs, en fuyant, tombèrent encore sous les ballee du courageux soldat Thorel se retira enfin et avertit ses chefs, qui firent, au petit jour, occuper la tranchée. Les Français y trouvèrent des armes, des munitions, des tentes pleines de sang. Les cadavres furent enterrés. Et c’est ainsi que grâce au sang-froid et à l’héroïsme d’un seul une tranchée ennemie fut gagnée.

Le Progrès de la Côte-d’Or, 15 janvier 1915

 

Thorel Anatole

Incorporé le 8 Octobre 1912
Le 3 aout 1914 il est a Réméréville
Le 6 novembres 1914 le jour ou notre jeune héros a pris a lui seule une tranchée a Elverdinghe

Journal officiel de la république 29 12 1914

Dossier militaire Thorel Anatole

Le 15 janvier 1915 il arrive blessé dans la gare du Mans aménagé en hospital par la Croix-Rouge
Le 2 Septembre 1915 porté disparu a Maison en Champagne
Le 25 novembre 1915 prisonnier interné au camp de prisonniers de Giessen

Vue du camp de Giessen

Le camp de Giessen
Camp d’immatriculation et de transit (durchganglager) situé au nord de Francfort-sur-le-Main, à 4 Km de la ville de Giessen.
Les prisonniers sont français, anglais, italiens (après la défaite de
Caporetto, les camps autrichiens étant complets, ceux-ci envoyèrent leurs prisonniers en Prusse) et américains. Le commandant
de ce camp est le capitaine Hauptmann Frôhlich (joyeux en allemand !), particulièrement détesté par les prisonniers. Vers la mi novembre 1918, il reste environ 4.500 prisonniers dans le camp
(soldats du 62e bataillon de chasseurs à pied et 80e R1C). Un des
prisonniers, Jean Bescond, sergent au 2e R1C, intègre le camp le
17 novembre 1914. Évacué sur la Suisse en mai 1916 pour tuberculose, il témoigne : « Ce camp était connu parmi les prisonniers
français sous le nom de camp de la faim ». il dit avoir eu connaissance de 48 cas de morts par la faim parmi les Français.

Pays de la Chataigneraie Bulletin N 51

 

Le 10 janvier 1919 il et rapatrié en France
Le 21 janvier arrivé au dépôts de transition des isolés
Le 24 mars 2019 affecté au 39eme régiment d’infanterie
Le 27 novembre 1919 réformé définitivement et proposé pour pension temporaire de 100% par la compagnie de réforme de Caen pour tuberculose pulmonaire
Le 8 octobre 1921 il épouse Marie Amélie Hélène Cauchois (Les Grandes Ventes)
Le 10 juillet 1935 il décède (les Cailloux Les Grandes Ventes)

Acte de décès Thorel Anatole

 

Merci a Sonia Mognot mairie Les Grandes Ventes

 

Share Button

Une réflexion au sujet de “Le soldat Thorel héros de la grande guerre « Les Grandes Ventes »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.