« Il sauve la vie de Napoléon » Lefranc Jean-Francois-Cyprien Aumale 76

 

Lefranc Jean-Francois-Cyprien, chef de bataillon retraité, du 1er régiment d’infanterie de ligne, chevalier de la Légion d’Honneur et de Saint-Louis , conseiller municipal et chef du bataillon de la garde nationale d’Aumale.

Né le 24 février 1775 à Sénarpont (80)
Décédé le 9 mars 1837 à Aumale (76)
Fils de Jean Lefranc et Marie-Catherine Sinoquet.
Marié à Victoire Mazzusi.

Réquisitionnaire de 1793, il parvint dans le même régiment (1er de ligne) , de simple soldat au grade de chef de bataillon, et fut arrêté, dans son avancement, par le désastre de Waterloo.
Il assista, entre autres, aux affaires de Tourcoing , de Rousselard , au siège d’Anvers, au passage du Rhin, a la bataille de Zurich, au passage du Saint-Gothard , aux batailles de Marengo, d’Austerlitz , de Wagram, etc., etc.

Le 2 prairial An 2 , culbuté par une charge de la cavalerie autrichienne, reçut un coup de sabre sur la figure et un sur la main droite.
Le 16 avril 1809, blessé par une balle dans l’aine et par un coup de feu à l’épaule gauche
Le 3 mai 1814, à Aix, blessé par coup de pierre à la tête par un prisonnier autrichien insurgé.

En 1814 , étant commandant de la ville d’Aix , en Provence, il y sauva la vie à Napoléon.

Chevalier de la Légion d’Honneur, en 1804 , chevalier de Saint-Louis, en 1820, comptant vingt-deux campagnes et cinq blessures, ayant fait à Zurich deux prisonniers anglais et deux prisonniers autrichiens, le commandant Lefranc mourut à Aumale, le 9 mars 1837, 4gé de 62 ans.

Ses amis et les gardes nationaux reconnaissants, lui ont élevé, sur son tombeau , une colonne funéraire.

 

  Sources

Samariens sous l’Empire

Notices historiques et biographiques sur la ville et le canton d’Aumale

 

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.